Sports et Médias : réinventer le lien avec nos publics

Pour moi, je n’ai connu que le sport d’équipe au temps de ma jeunesse […]. Vraiment, le peu de morale que je sais, je l’ai appris sur les terrains de football et les scènes de théâtre qui resteront mes vraies universités.

Albert Camus, gardien de but au Racing Universitaire Algérois.

Des planches du théâtre aux terrains de football, c’est une association surprenante que propose le prix Nobel de littérature, Albert Camus. Lien étonnant mais pertinent : le sport est un spectacle. Tout comme le théâtre possède son temps et son rythme (les actes, les scènes), le sport s’inscrit dans un rythme particulier (un match, une mi-temps, un quart-temps). Il possède une esthétique (le geste pur et juste) et un lieu (le stade). Le spectacle sportif n’est cependant rien sans le média qui lui permet de capter l’attention et d’inspirer des publics sans cesse plus variés mais aussi plus exigeants. Cette exigence croissante des publics, la demande de plus en plus pressante d’une offre médiatique et sportive fortement individualisée constituent l’enjeu majeur du binôme sports-médias.

Pour répondre à ce défi, il faut innover. Ouvrir un journal (L’Equipe, 1903), allumer la radio ou le poste de télévision (Tour de France filmé en 1948) : chaque époque a connu sa révolution technologique et le sport a suivi le mouvement. Certes, la télévision reste le média privilégié de consommation du sport.

Mais il est urgent de s’adapter et comprendre que les nouvelles technologies et les médias numériques bousculent la pratique et la consommation du sport. La France se situe encore dans le ventre mou du classement mondial de la consommation de sport en ligne.

Est-ce à dire que le digital est condamné à rester le parent pauvre du sport ? Bien au contraire ! Deux chiffres tordent magistralement le cou à cette idée : en 2019, 38 millions de Français utilisaient activement un média social 1 dont 33 millions sur leur mobile (+ 2 millions d’utilisateurs de médias sociaux en un an) 2 . Les smartphones et tablettes apparaissent donc comme un levier de développement important de la consommation médiatique de sport en ligne en France. Même constat pour les réseaux sociaux : là où en 2014 seuls 21% des Français fans de sport les utilisaient pour suivre le sport, comparé à 60% pour l’Indonésie 3 , le sport est devenu en 2019 le deuxième segment de contenus consommé sur Instagram et YouTube 4 . Ce sont maintenant les consommateurs d’évènements sportifs qui dictent la forme sous laquelle les contenus sont présentés.

Aborder le tournant numérique avec ambition, c’est réinventer et perpétuer le lien entre spectacularisation du sport et éthique sportive. Entre la scène de théâtre et la morale.

 

1 Quand doit-on dire média social ? Quand doit-on dire réseau social ? Le média social est une plateforme sur Internet qui permet à ses utilisateurs de créer du contenu, de l’organiser, le modifier, le commenter. Le réseau social est une catégorie des médias sociaux : tandis que ces derniers ont pour fondement le contenu (YouTube), le réseau social a pour raison d’être la création de communautés et l’interaction entre les personnes (Snapchat, LinkedIn).

2 Hootsuite, We Are Social, Rapport Digital Annuel 2018

3 Kurt Salmon, Kantar et Audiencia, Sport Web Challenge 2014, Regards à 360° des acteurs du sport sur Internet.

4 Le Cercle Les Echos, 26 juillet 2018.

Nous sommes à votre écoute

Merci de votre intérêt pour Silad. Veuillez remplir ce formulaire pour poser vos questions et/où nous envoyer votre brief. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais !







    adana eskortadana eskortadana eskort